Précautions particulières pour les séances Pendant ce confinement

déconfinement

* Pour l’organisation :

– Les créneaux de consultation laisseront un minimum de 60 minutes entre chaque client.

– Les chaises, poignées de portes et autres éléments sur le parcours client seront désinfectés et la pièce aérée entre chaque client.

 

* Pour le matériel :

 

– À l’entrée du cabinet du gel hydro alcoolique sera à disposition mais il est recommandé que vous veniez avec le votre et vous nettoyez les mains avant d’entrer. 
– Les séances devront se faire avec port obligatoire d’un masque pour le praticien comme pour le client. Il est donc demandé à chaque client d’apporter le sien. 

 

* Pour les séances :

– Il sera respecté une distance de 1m minimum avec le client et aucun contact physique.

* Pour le paiement

– Le paiement par chèque est recommandé, ainsi que le paiement par carte bancaire et paiement sans contact type google pay et apple pay

 

Je recommande aussi l’installation de TousAntiCovid sur vos smartphones. De mon coté il est installé. Pour le bien de mes clients, et pour mon bien propre.

 

Information reprise du site du SNH. https://snhypnose.fr/

 Ouverture des Cabinets d’hypnothérapie officiellement autorisée

Comme nous l’avons annoncé hier sur le compte facebook du SNH : suite à l’interpellation de la DGE, du ministère de la Santé et du Ministère des TPME par le SNH, le Chef de Cabinet du Ministre des TPME a confirmé, en notre présence lors d’une réunion le 4 novembre, la possibilité d’ouverture de nos cabinets, de même que Bercy et l’UNAPL.

Les cabinets d’hypnothérapeutes, de sophrologues, d’ostéopathes et de chiropracteurs peuvent donc rester ouverts en présentiel pendant le confinement. En effet le décret ne précise pas les professions concernées mais : « activités de santé, médecine et soins » dans un sens bien plus large et qui nous inclut.

Cependant l’art. 29 du décret 2020-1310 du 29 octobre 2020, qui définit l’habilitation du préfet, peut contrebalancer cette décision officielle :

  • Art. 29. – Le préfet de département est habilité à interdire, à restreindre ou à réglementer, par des mesures réglementaires ou individuelles, les activités qui ne sont pas interdites en vertu du présent titre.

Lorsque les circonstances locales l’exigent, le préfet de département peut en outre fermer provisoirement une ou plusieurs catégories d’établissements recevant du public ainsi que des lieux de réunions, ou y réglementer l’accueil du public.
Le préfet de département peut, par arrêté pris après mise en demeure restée sans suite, ordonner la fermeture des établissements recevant du public qui ne mettent pas en œuvre les obligations qui leur sont applicables en application du présent décret.
Les professionnels devront cocher :

  • La case 1 : Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité́ professionnelle ou un établissement d’enseignement ou de formation, déplacements professionnels ne pouvant être différés, déplacements pour un concours ou un examen.
  • Les patients devront cocher la case 3 : « Déplacements pour effectuer des consultations, examens et soins ne pouvant être assurés à distance et pour l’achat de médicaments ».

Il y a par contre un décalage entre les décisions et le terrain, ce qui fait que nombre de préfectures n’ont toujours pas eu l’information ce qui devrait être réglé d’ici les prochains jours.

Compte tenu de l’habilitation du préfet à interdire ou restreindre localement, nous encourageons nos adhérents à prendre contact avec leur préfecture pour avoir le statut en cours dans leur département.

 

L’arbitrage interministériel en faveur de nos 4 professions a été positif, puisque nos professions font sens dans ce contexte sanitaire. De plus cela permet de ne pas accentuer les risques psycho-sociaux dès lors que le protocole sanitaire avait déjà été mis en place.

De plus j'ai reçu l'autorisation de la préfecture du Val d'Oise nous autorisant l'ouverture.

Retour vers le haut