Focus sur quelques éléments

L'hypnose ericksonnienne

L’hypnose est un outil de changement écologique, la thérapie n’est donc qu’une de ses applications possibles. Nous pourrions dire que l’hypnose est un outil de connaissance de soi, dont la meilleure utilisation est celle qui permet un accroissement de la liberté. Il permet aussi de se libérer d’éléments non désirés pour un retour à Soi.

Quand une personne est amenée à faire une demande thérapeutique, son désir est de dépasser une gêne, un comportement ou une croyance limitante. La thérapie vient donc aider à retrouver un premier degré de liberté : celle qui permet, une fois la douleur passée, de choisir sa vie. Mais il serait limitant de ne l’utiliser que dans ce cas.

Une histoire d’abord

Une amie avait quelques craintes sur l’hypnose et la perte de contrôle. Je lui ai juste demandé ce qu’était un état normal. En précisant, quand tu es concentrée sur ton travail et que tu n’entends plus rien de l’extérieur, est ce un état normal ? Et quand tu lis un livre et que tu es captivée est ce un état normal ? Et quand tu pratiques un sport, footing, piscine ou autre, et que tu te sens merveilleusement bien à un moment, est ce un état normal ?

En fait la bonne question est qu’est ce qu’un état normal, et à priori moi je ne sais pas. Il y a des états adaptés, modifiés par rapport à un état dit normal. Mais voilà toute la journée nous passons à travers des états adaptés à nos actions. L’hypnose ne serait en fait qu’un état particulier adapté au travail, à l’action que l’on veut faire dans ce cadre précis et très spécifique. Que ce soit pour aller vers un changement, ou aller vers un état d’être comme le bien être, ou le dynamisme.
Pour plus de détails, lire la suite… mais pour beaucoup ceci suffit à commencer un travail.
Quelques caractéristiques de l’approche Ericksonienne

 

Loin de l’hypnose classique et de l’hypnose de spectacle, l’hypnose vue par Erickson est une pratique avant tout intuitive. Pour arriver au résultat et contourner les résistances, Erickson a développé la communication inconsciente par les suggestions cachées et donc souvent invisibles pour le conscient. Profitant des ressources importantes de l’inconscient, il en fait son allié dans l’évolution de la thérapie. Ainsi le symptôme est souvent utilisé dans le processus thérapeutique. L’hypnotiseur Ericksonnien sait aussi observer la communication inconsciente du patient et se servir de tout ce qui est à sa disposition pour provoquer le changement.

De cette façon un objectif peut être atteint très rapidement : l’hypnose Ericksonienne est une thérapie brève (une moyenne de trois à dix séances suffit, parfois moins !).

L’hypnose et le coaching aujourd’hui

Comment est-elle utilisée ? Depuis quelque temps, de nombreuses émissions télévisuelles et radiophoniques vantent les mérites de l’hypnose. Si beaucoup pensent à l’hypnose pour arrêter de fumer ou perdre du poids elle est de plus en plus utilisée pour solutionner de nombreux troubles mentaux et même physiques; elle est donc utilisée par un nombre croissant de thérapeutes et psychiatres. On sait aussi aujourd’hui que le mental peut influencer le physique, et la démonstration la plus évidente est certainement l’anesthésie par hypnose qui semble revenir doucement à la mode dans les hôpitaux.

La distinction entre thérapie et coaching se fait souvent ainsi : la thérapie vient aider à aller mieux, le coaching une fois posée des bases solides vient développer des aspects et des capacités supplémentaires sur ce mieux.

L’hypnose s’est beaucoup développée dans l’aide à la performance. Les professions à risques et sports extrêmes ont été souvent les premières à en profiter (Gardes du corps, navigateur en solitaire, pilotes…), elle s’est ensuite répandue dans la plupart des sports de haut niveau (Golf, tennis, et maintenant aussi dans les sports collectif).

Cette discipline ne concerne pas que les sportifs de haut niveau (même si les entraîneurs sont de plus en plus souvent formés à l’hypnose ou à la PNL) ou les professionnels de la communication désireux d’augmenter leurs ressources et leurs résultats : de nombreux particuliers poussés par l’envie d’améliorer leur qualité de vie y ont accès. Que cela soit pour une meilleure gestion de stress, une augmentation de la motivation et de certaines capacités (concentration, mémoire…) ou tout simplement pour se débarrasser de certains comportements gênants, voire de compulsions, l’hypnose peut être une réponse rapide et durable.

Contactez moi !

Des questions ?

Vous pouvez me contacter au

06 50 29 34 44 ou par mail à

patrick.duquoc@gmail.com

Le stress

Le stress reste au coeur de toutes les problématiques humaines. Comme résultante de ce qui se passe mal dans nos vies. Il est d’ailleurs classé dans les responsables de beaucoup d’éléments comme les TMS (Troubles Musculosquelettiques). Il a aussi de l’impact sur notre coeur, sur notre ventre et j’en passe.

D’ailleurs le champ de recherche a évolué avec l’arrivée de l’épigénétique. Et les travaux récents montrent que l’environnement et ce que l’individu subit a des incidences sur l’expression de l’ADN, les enzymes produites entraînants parfois des modifications structurelles responsables de troubles physiologiques lourds

Stress Professionnel

Les facteurs habituellement considérés comme propices au stress d’origine professionnelle sont une absence de droit de regard sur les tâches et leur exécution, le fait d’imposer des exigences inadéquates aux travailleurs, un manque de soutien des collègues et de l’encadrement.
Le stress résulte d’un manque d’adéquation entre notre travail et nous, de relations de qualité médiocres, de manifestations de violence physique ou psychologique sur le lieu de travail et de conflits entre notre rôle dans le cadre professionnel et à l’extérieur de celui-ci.
Les réactions à des circonstances identiques varient d’un individu à un autre. Certaines personnes sont mieux armées que d’autres pour répondre à des exigences élevées. L’important est la manière dont l’individu évalue subjectivement sa propre situation. Il n’est pas possible de déterminer le degré de stress qu’une situation est susceptible de causer en se fondant exclusivement sur les caractéristiques de cette situation.

Le stress à court terme, engendré par exemple par l’obligation de respecter un délai, ne constitue pas un problème en soi, il peut en effet stimuler chacun à donner le meilleur de soi-même. Le stress devient un risque pour la santé et la sécurité lorsqu’il est éprouvé dans la durée.

Symptômes du stress d’origine professionnelle 

Le fait de ressentir un stress peut modifier la façon dont une personne ressent, pense et se comporte. Les symptômes sont les suivants:

En ce qui concerne l’organisation :
● absentéisme, taux élevé de rotation du personnel, respect des horaires médiocre, problèmes de discipline, harcèlement, réduction de la productivité, accidents, erreurs et augmentation des coûts d’indemnisation et des soins de santé.

En ce qui concerne l’individu :

  • Réactions émotionnelles (irritabilité, anxiété, insomnies, dépression, hypochondrie, aliénation, syndrome d’épuisement professionnel, problèmes familiaux) ;

  • Réactions cognitives (difficultés de concentration, problèmes de mémoire, d’apprentissage et de prise de décision);

  • Réactions comportementales (abus de drogue, d’alcool, de tabac ; comportement destructeur)

  • Réactions physiologiques (problèmes de dos, immunité affaiblie, ulcères astroduodénaux, problèmes cardiaques, hypertension).

 
———————————–

Une étude menée par le Dr Stanley Krippner, imminent hypnothérapeute et directeur d’un laboratoire de recherche sur le rêve nous révèle ceci de stupéfiant :
« L’hypnose centrée sur le stress réduit ses effets de 63 % avec une pratique de 3 semaines ». Les hormones de stress comme l’adrénaline subissent une baisse de moitié après une séance de 15 minutes d’hypnose.
Quelques minutes d’hypnose ou d’auto-hypnose vous apportent un effet de calme intérieur et de sérénité. Instantanément ! Vous ressentirez les bienfaits plusieurs heures après votre séance, et vous atteindrez un niveau de relaxation plus profond.

*Selon l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, avec apports personne

Retour vers le haut